Qualité de vie au travail - ARACT Centre
11919
page-template-default,page,page-id-11919,mkd-core-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,burst child-child-ver-1.0.0,burst-ver-1.5,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_350,vertical_menu_background_opacity_over_slider vertical_menu_background_opacity_over_slider_on,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Qualité de vie au travail

Nouveau paradigme ou effet de mode ?

« La qualité de vie au travail est un processus concerté, permettant d’agir sur le travail à des fins de développement réciproque des personnes et de l’entreprise »  Aract Centre-Val de Loire.

Prendre la qualité de vie au travail comme le pendant positif de la prévention du stress est un leurre car la qualité de vie au travail investit un champ plus large.

En effet, l’approche QVT est multidimensionnelle. Elle permet de prendre en compte les facteurs internes et externes qui impactent le travail  (organisation, conciliation vie professionnelle/vie personnelle, ….). Selon Guillaume PEPY, Président de la SNCF,  la QVT passe par la « Symétrie des attentions  ». C’est un moyen de faire converger performance de l’entreprise et engagement de l’individu.

La qualité de vie au travail au service de la qualité des soins

Le secteur de la santé est traversé depuis de nombreuses années par d’intenses transformations, sur de multiples dimensions : évolutions technologiques, innovations organisationnelles et gestionnaires, introduction des patients et des usagers comme acteurs du système de soin, renouvellement des modèles économiques et de l’offre de soins. Des tensions importantes impactent les organisations de santé, sans qu’il soit toujours aisé, ni pour les directions ni pour les acteurs syndicaux, d’appréhender finement ce qui se joue au niveau du travail des équipes.

L’émergence puis l’institutionnalisation de la notion de Qualité de Vie au Travail autour d’une définition qui, précisément, remet au premier plan « la capacité des salariés à s’exprimer sur leur travail et à agir sur son contenu », semble prometteuse pour dépasser ces limites. Elle préfigure la possibilité d’intégrer, de remodeler et de faire tenir ensemble les exigences de l’activité et les ressources pour y faire face. Elle est aujourd’hui reconnue comme un facteur de performance.

Cette nouvelle perspective invite à approfondir les liens entre qualité des soins et qualité de vie au travail et à expérimenter des pratiques renouvelant les termes du dialogue interprofessionnel au bénéfice des patients.

La qualité de vie au travail oriente la réflexion sur de nouvelles approches et méthodes pour les acteurs, pour progresser sur le « comment ». Comment renforcer mutuellement qualité des soins et qualité du travail ? Quelles démarches, quel dialogue interprofessionnel, quelles régulations pour favoriser performance, engagement et santé des professionnels ?

 

Afin de tenter un apport de réponses à ces questionnements, l’Aract Centre-Val de Loire et l’ARS ont proposé l’accompagnement d’établissements dans le cadre d’un projet national initié par la HAS, la DGOS et l’Anact.

En 2016-2017, le projet régional s’est porté sur le secteur de la psychiatrie. Les supports issus de cet accompagnement se trouvent dans les onglets ci-dessous.

La même modalité d’accompagnement a été renouvelée en 2017-2018 auprès de 7 structures du sanitaire et du médico-social sur la thématique de la « Bientraitance et la Qualité de Vie au Travail ».

Management et qualité de vie au travail

Le manager serait le rouage central pour favoriser la qualité de vie au travail.
Mais quels sont les liens entre qualité de vie au travail et manager ? Peut-il favoriser l’intérêt au travail et redonner du sens ? Quels sont les constats aujourd’hui des managers de la région Centre-Val de Loire ? Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Dispositif GPS (Gestion des Perspectives Sociales)

Ce dispositif permet de mesurer la satisfaction des salariés au travail et d’agir sur leur qualité de vie au travail (management, organisation, relationnel, risques et avenir).

Véritable aide à la décision, la démarche GPS donne la possibilité d’identifier et de déployer des pistes de progrès pour établir un plan d’actions d’amélioration de l’organisation et des conditions de travail.